Bilan 2018 : RIVO célèbre ses 25 années d’existence!

L’année 2018 célèbre les 25 années d’existence du RIVO avec sa campagne De la survie à la vie. Cette année, RIVO a présenté son tout premier porte-parole officiel, Andy Thê-Ahn, le célèbre designer de mode d’origine vietnamienne qui a fui les horreurs de la guerre pour créer la beauté au Québec.  Andy a offert en primeur au RIVO son tout premier récit de vie publié dans le blogue du RIVO.  Merci Andy!

Grâce au lancement de sa campagne médiatique au mois de mars 2018, le RIVO a gagné en notoriété et visibilité. Le grand public découvre l’expertise d’intervention auprès des personnes ayant subi de la violence organisée, signature du travail indispensable du RIVO. Au total 40 entrevues dans des médias majeurs incluant Radio-Canada Première, les journaux La Presse et Le Devoir; le magazine Elle Québec, Salut Bonjour, Radio-Canada International, pour n’en nommer que quelques-uns. Le RIVO en profite pour souligner qu’au cours de ses 25 ans, 40 000 heures de thérapie gratuites ont été offertes aux nouveaux arrivants les plus vulnérables, et ce, grâce au haut niveau d’engagement de ses membres.

Cliquer pour la revue de presse

Le travail clinique : au cœur de la mission du RIVO

En effet, le mandat du RIVO consiste à développer des services appropriés aux personnes traumatisées par une expérience de violence organisée.  Notre activité principale consiste à offrir à ces personnes des rencontres de psychothérapie qui leur permettent de re-tisser le lien fondamental de confiance en soi en tant qu’être humain, les liens avec leurs proches, et le lien profond de confiance dans l’humanité, un lien attaqué, rupturé, brisé par la violence organisée.

En 2018, les psychothérapeutes et massothérapeutes du RIVO ont rencontré deux fois plus de personnes qu’en 2017 (deux fois plus de dossiers actifs).

Nous répondons aussi à des demandes de soutien à l’intervention, qui nous sont présentées par des organismes travaillant avec les nouveaux arrivants vivant des situations complexes. Ces situations freinent ou interrompent leur processus d’adaptation au Québec, entraînant diverses issues telles l’aggravation des difficultés familiales, des symptômes psychiatriques, la décision de retourner dans le pays d’origine, ou d’émigrer dans une autre province du Canada. Ces demandes de soutien proviennent de plus en plus fréquemment non seulement de la région de Montréal, mais aussi d’autres villes du Québec qui reçoivent un plus grand nombre de nouveaux arrivants, particulièrement des familles de réfugiés parrainées par le gouvernement du Québec. Rimouski, Gatineau et Québec font partie de ces villes.

Pour répondre aux besoins émergeant de ces villes en région, nous avons reçu récemment une subvention de 24 000 $ du programme Bell Cause pour la cause.  Depuis le début de l’automne, nous offrons à Gatineau des rencontres de psychothérapies avec une psychologue psychothérapeute de notre réseau.

En 2019, nous allons étendre peu à peu certains de nos services aux régions qui ont fait appel à nous.

Nous poursuivons aussi pour une 3e année notre collaboration avec le Service d’éducation et d’intervention interculturelle de Montréal (SEIIM ), et avec la Table de concertation des organismes au service des personnes réfugiées et immigrantes (TCRI) pour offrir des rencontres de codéveloppement aux intervenants du réseau de la TCRI.  Cet automne, deux groupes de codéveloppement se sont ouverts, rejoignant une trentaine d’intervenants de la grande région de Montréal.

Pour une première fois, une maison d’hébergement pour femmes et enfants victimes de violence conjugale recevant des femmes immigrantes, a demandé le soutien du RIVO.  Des rencontres d’écoute sont offertes aux femmes qui le souhaitent. Douze ateliers thématiques de groupe seront offerts au printemps 2019 aux femmes qui fréquentent l’organisme.  Les interventions dans cette maison sont menées par une interne en psychologie et par une psychologue de notre réseau.

Nous poursuivons également des activités de formation avec les organismes d’accueil et d’intégration des nouveaux arrivants.  Ces activités portent le plus souvent sur la violence organisée et sur les symptômes de stress post-traumatique qui y sont associés, et sur leurs impacts dans la vie quotidienne des personnes et des familles.  Elles portent également sur la fatigue de compassion, et sur le traumatisme vicariant que peuvent vivre les intervenants travaillant avec les personnes traumatisées. Nous abordons aussi les façons dont les organismes et leurs intervenants peuvent organiser leur travail pour tenir compte des impacts psychologiques des traumatismes vicariants.

Nous poursuivons l’accueil d’internes en psychologie pour une troisième année consécutive. Deux internes ont participé en 2018 à diverses activités cliniques au RIVO. Une stagiaire en art thérapie a également fait partie de notre équipe cette année.  Nous recevrons probablement 2 autres internes en 2019.

Au début décembre, nous avons initié un projet pilote de 4 mois, en créant un poste de responsable clinique 2 jours par semaine, en soutien au coordonnateur de l’organisme.  Cette personne prend en charge d’une part le projet de soutien clinique en région et d’autre part, elle met en place une activité de soutien psychosocial en appui au travail de nos psychothérapeutes. Ce besoin de soutien nous a été signalé dans les derniers mois par les psychothérapeutes qui faisaient face à des personnes traumatisées n’arrivant pas à répondre à leurs besoins fondamentaux et incapables de s’orienter, se retrouvant sans repères dans le dédale de nos organismes d’aide.  Cet appui au travail des psychothérapeutes par deux bénévoles, travailleurs sociaux à la retraite.

La croissance de nos activités en 2018 nous a entraîné à créer de nouvelles collaborations avec de nouveaux organismes.  Nous prévoyons que cet aspect de notre travail sera intensifié en 2019, la situation précaire de plusieurs nouveaux arrivants rendant plus que jamais nécessaire la collaboration entre tous ceux qui aident sur le terrain et qui veulent aider.

Assemblée générale - mars 2018

Le travail clinique de soutien psychologique professionnel au RIVO prend plusieurs formes.  Ce travail est rendu possible grâce au travail assidu et à l’engagement humanitaire des psychothérapeutes et massothérapeutes de notre réseau.  Ce travail est soutenu par l’appui des interprètes qui assurent un lien indispensable entre les personnes traumatisées et les psychothérapeutes.  Une partie de l’ensemble de ce travail est rémunérée. Une large partie est réalisée de façon bénévole, y compris le travail collectif de soutien à l’activité clinique mené par les psychothérapeutes qui participent aux rencontres de notre comité clinique et aux rencontres de codéveloppement.  Pour l’ensemble de ce travail, nous remercions avec chaleur et affection tous nos collègues.


La soirée-bénéfice du 22 novembre 2018 : une célébration mémorable 

Cette année lumière a été couronnée par une Soirée-bénéfice que nous vous invitons à vivre à travers le récit de 2 survivantes qui ont raconté leur parcours sur la scène, devant les invités à la fois émus et inspirés. Le spectacle Corps Amour Anarchie en hommage à Léo Ferré, création de Pierre-Paul Savoie mettant en vedette quatre danseurs, Alexandre Désilet et Bïa, a ébloui les participants.  Les invités ainsi que les donateurs ont permis d’immortaliser ce moment dans le temps et d’en faire une année charnière; une année où il n’est plus question de survie, mais plutôt de vie et de force motrice qui se propulse vers l’avant et ce, grâce au soutien financier de tous nos donateurs, petits et grands. Un immense merci également à tous les bénévoles qui ont contribué, par leur présence et  leur dévouement, au succès de cette soirée !

Merci!

 

Témoignages de la soirée

Album photo

Vidéos témoignages de survivants, présentés lors de la soirée

Témoignage de Mariam, une femme originaire de la Syrie

Vidéo de présentation du travail du RIVO (ci-bas)


Nous tenons à remercier chaleureusement nos donateurs : le  Gouvernement du Canada pour son Programme fédéral de santé intérimaire (PFSI), le Ministère des soins de santé et services sociaux du Québec (MSSS), Bell Canada, Centraide, la Croix-Rouge, la Fondation de la famille George Hogg, et les donateurs individuels, incluant notre généreux donateur anonyme qui nous donné 50 000 $ encore cette année.

RIVO prend son envol

Avec  le soutien de nos généreux donateurs, petits et grands, et le nouveau financement de Bell Cause pour la cause pour le développement de services en régions, RIVO déploie ses ailes et amorce une envolé qui nous emmènera à parcourir le Québec.  

Toutefois, 2019 reste une année incertaine. C’est pourquoi nous faisons appel à vous pour nous soutenir dans notre travail, en faisant un don dès maintenant ainsi que tout au long de l’année 2019.  

Pour faire un don

L’équipe du RIVO qui vous souhaite de joyeuses fêtes!

Faire un don Devenir bénévole
Blogue En amont de la clinique de l’extrême
Un texte de: Gabrielle Roy, étudiante en psychologie de l’UQAM Selon Michel Peterson, psychanalyste, travailleur social et clinicien de RIVO,...
Un texte de: Gabrielle Roy, étudiante en psychologie de l’UQAM...
Facebook

Facebook

Restons en contact