Des rencontres fortuites peuvent parfois nous amener loin.

Un soir, en sortant de la garderie avec mon fils, je rencontre Véronique qui venait elle aussi chercher son fils. Nous avons discuté, je venais de perdre mon emploi. J’ai mis à profit ce temps pour réfléchir sur ce que je voulais faire, comment je voulais le faire. Je lui ai parlé de mon envie de m’orienter vers l’enseignement ou le coaching. M’ayant vu courir tout l’hiver et me sachant passionné de course à pied, Véronique m’a proposé de venir prodiguer quelques conseils au groupe de coureurs inscrits au prochain marathon et engagés avec le RIVO.

Une idée comme ça, au coin d’une rue, qui va germer tranquillement, et prendre forme au point d’accepter la proposition. J’hésitais : qui suis-je pour parler de course, quelle légitimité puis-je bien avoir?

Assez rapidement, j’ai été rassuré, ma passion était mon meilleur atout pour partager tout ce que je pouvais savoir sur la course à pied.

Et surtout, je n’ai pas regretté mon choix, car j’ai découvert la famille du RIVO.

Je suis intervenu 3 fois auprès des coureurs du RIVO, et j’ai tout de suite été charmé par l’enthousiasme, la motivation et l’intérêt par rapport à ce que je pouvais leur apporter.

Certains couraient leur première course, leur premier semi-marathon, Abdoul visait la victoire au marathon, mais tout le monde était réuni pour le RIVO, pour donner le meilleur de soi pour cette cause. Lors de notre première rencontre, John, l’un des co-fondateurs du RIVO, nous a raconté l’histoire de l’association, sa situation, le pourquoi de cette levée de fond. Je devais parler ensuite de motivation, mais John avait ouvert la voie : quoi de mieux qu’une belle cause pour se motiver.

C’est cette motivation et cette écoute que j’ai trouvé passionnantes; je devais parler des blessures et de leur prévention, je m’adressais à un public qui travaille dans le milieu de la santé, qu’allaient-ils pouvoir penser ! Mes craintes ont vite été dissipées par l’écoute et l’intérêt de tous pour les spécificités de cette discipline.

Cela m’a encouragé dans ce que je cherchais à obtenir par ces interventions : une envie d’aider, de partager, de faire progresser, à mon niveau de coach sportif, et pour qu’eux puissent être fier de leur réalisation pour qu’à leur tour ils puissent aider ceux qui en ont besoin.

C’était une première collaboration, les résultats ont surpassé mes espérances : tout le monde a fini sa course et était fier de son accomplissement. J’étais fier de tout le monde, les encourageant le jour J sur le parcours.

Le RIVO a atteint son objectif de sa levée de fond. 

Même si je ne fais pas partie des intervenants du RIVO, et que je n’ai pas couru, je me sens aujourd’hui comme faisant partie de cette belle réussite et de cette petite famille.

Longue vie au RIVO!

 

Jérôme Bascoul

Coureur passionné et assidu, il court depuis maintenant 10 ans, sur des distances allant du 5 km au marathon. Jérôme, sensible à la cause du RIVO, coanime les rencontres de l’effet d’entrainement et aide les coureurs à se préparer au grand jour.


Faire un don Devenir bénévole
Blogue Mettre fin à la traite sexuelle des femmes immigrantes
À l’occasion de la Journée mondiale de la dignité des victimes de la traite d’êtres humains, RIVO souligne le travail...
À l’occasion de la Journée mondiale de la dignité des...
Facebook

Facebook

Restons en contact